L'Illusion du tranquille
Une exposition de François Deladerrière

Exposition du 23 avril au 2 juillet 2016
Vernissage sam. 23 avril 2016

Courtesy Galerie Le Réverbère, Lyon

François Deladerrière n’est pas un homme pressé. Il arpente les territoires avec sa chambre noire, l’œil à l’affut du paysage et de l’atmosphère qui s’en dégage.
Au premier regard, chaque photographie dévoile un lieu déserté où point un silence profond et une certaine tranquillité. Mais à y regarder de plus près, ces environnements familiers se révèlent étrangement inquiétants.
Arbres brisés ou déracinés, vieille voiture rouillée, bâtisses à l’abandon, François Deladerrière porte un regard interrogatif et distancié sur le monde, photographiant ce qui fait sens pour lui dans le paysage. A ce titre, il se considère plus comme un portraitiste d’objets, parfois naturels, que comme un photographe paysagiste. Il explore les vestiges d’un monde débarrassé de la présence humaine sur lequel le temps qui passe a laissé son empreinte.
Ce sentiment d’effacement est renforcé par le ciel gris et bas, des couleurs monochromes, un cadrage serré, des zones d’ombres et d’obscurité qui se glissent dans les photos, augmentant ainsi la sensation d’arrêt sur image.
Une flânerie entre chien et loup, juste avant que la dernière séance n’ait lieu, ou que l’oubli ne soit définitif.

Diplômé de l’École nationale de photographie d’Arles, François Deladerrière développe des projets personnels qui s’attachent à créer des ambiances, des débuts de récit et qui laissent transparaitre une certaine vision du réel. Parallèlement, il réalise des commandes proches du documentaire portant essentiellement sur le paysage et l’architecture.



Exposition du 23 avril au 2 juillet 2016


Photo haute définition à télécharger ici