danse & acrobatie | Côté cour

Des gestes blancs
Tarif Grenat
du 10 au 12 févr. 2020 / 19h
durée 45MIN
Théâtre La passerelle

 

Cie Naïf Production
Un projet de Sylvain Bouillet
Avec Sylvain et Charlie Bouillet

À voir dès 7 ans

 

Un homme, en duo avec son fils de 8 ans, interroge dans un dialogue complice les liens complexes et sensibles de la filiation. Explorant ensemble le jeu de forces, de déséquilibres, d’harmonie, qui sous-tend leur relation, ils dessinent, entre tendresse, espièglerie et confrontation, un « essai physique sur la paternité ».

Ce duo, inédit autant qu’émouvant, questionne l’essence du lien père-fils.
Un projet au long court de Sylvain Bouillet, danseur, acrobate de la compagnie Naïf Production (La Mécanique des ombres), qui a observé les gestes des pères d’aujourd’hui, à travers des ateliers père/fils, pour construire au plateau une constellation intime des sentiments entre un père et son fils : le jeu, la complicité, la tendresse, mais aussi la fusion, l’affrontement, la colère. Le résultat est une variation ludique sur ce qui constitue la relation de Sylvain avec son fils de huit ans, Charlie, à laquelle on assiste en témoins muets et émus, avec le sentiment très fort de toucher à l’universalité de ce lien.
Le jeu de Charlie, totalement dans la spontanéité des enfants qui évacuent les émotions par le corps, est comme un miroir de celui du père qui doit renoncer à tout maîtriser et inventer dans l’instant. La pièce se joue donc chaque soir sur un fil, en fonction de l’état émotionnel de l’enfant, et ce qui se déroule au plateau s’invente à deux, ici et maintenant, chacun apprenant de l’autre.
Pourtant c’est dans une grande précision d’écriture que s’épanouit la beauté du mouvement, entre danse et acrobatie où les portés – figures chorégraphiques familières et images ici du geste quotidien du parent portant son enfant – les jeux d’équilibre entre poids et contrepoids explorent la densité des corps.
Des gestes blancs comme des gestes primitifs qui se seraient effacés avec le temps, des gestes construits dans l’instant, des gestes blancs comme de la pureté brute. Une pièce rare, fragile, émouvante, malicieuse… Vraie.
 

----------
TEASER DU SPECTACLE


----------
LA PRESSE EN PARLE

« Un adulte. Un enfant. Un banc. Un tabouret. Un baladeur. De cette épure naît une expérience forte, pure comme l’enfance et vulnérable comme sait l’être le spectacle vivant qui se construit en direct au plateau quand le live est la vie. (…) Sylvain Bouillet et Charlie sont en fusion, en transmission, en confiance, en individualité ; et leur danse suit leurs états, inégale, émouvante, charnelle, fluide, évidente, belle. Taillée dans la vérité de l’instant, variant à chaque représentation selon le ressenti de Charlie, elle est mouvement de vie… »
I/O La Gazette des festivals

« Des gestes blancs est simplement une pièce de danse : écrite, développée, pensée, nourrie et articulée comme un essai chorégraphique pleinement abouti. (…) C’est vraiment tout autre chose que la niaiserie entre papa et son petit. Il faut dire que la personnalité de l’enfant entre en ligne de compte : malicieux certes, mais sûr d’être, avant tout ; et d’être en relation. En expérience de la relation avant toute chose ; Des gestes blancs est une pièce qui va loin, très loin. »
Danser



Dramaturgie Lucien Reynès
Conseil artistique Sara Vanderieck 
Création lumière Pauline Guyonnet Live électro
Ambiance sonore Christophe Ruetsch


Dossier de presse de la saison 2019-20 à télécharger ici
Photo haute définition à télécharger ici