vraie/fausse conférence | Usine Badin

La diversité est-elle une variable d'ajustement pour un nouveau langage théâtral non genré, multiple et unitaire ?
Tarif Amande
lun. 4, mar. 5 mai 2020 / 19h
durée 1h
Usine Badin

De & avec Amine Adjina, Gustave Akakpo, Métie Navajo
Cie du Double

 

Jeunes, doués et engagés, trois écrivains de théâtre dégomment à leur manière les stéréotypes liés aux origines ethniques et sociales dans une conférence en trompe-l’œil.

Promouvoir la diversité dans le théâtre ou ailleurs, d’accord, mais comment et pour quoi faire ? Cette belle ambition est-elle un prétexte pour se donner bonne conscience ? Ceux qui, issus des minorités, accèdent enfin à un peu de visibilité, ne sont-ils pas de fait assignés à un nouveau rôle ? Et d’abord, c’est quoi la diversité ? Peut-on la résumer à une figure ?
En mai 2018, alors qu’ils ne se connaissent pas, Amine Adjina, Gustave Akakpo et Métie Navajo, trois jeunes auteurs de talent, sont invités à clore le Festival Les Hauts-Parleurs avec une création. Ils décident de « faire un sort » à la diversité, dont ils sont eux-mêmes issus. A six mains, ils imaginent un spectacle en forme de vraie/fausse conférence dans lequel ils se mettent en scène. Et, mêlant fiction et autobiographie, déconstruisent les clichés qui collent à leur peau de Français d’origine étrangère, ou d’étranger vivant en France : « Nous avons eu le désir de jouer sur ce que nous représentions possiblement aux yeux des autres, à savoir, trois visages rassurants de la diversité dans le théâtre français, plutôt, peut-être, que trois visages d'écrivains », expliquent-ils. Pas d’amertume pour autant, l’idée est bien de questionner, d’alerter, pas de produire un nouveau cliché. Impliquant le public, ils nous livrent une performance en réinvention permanente, un bel objet collectif mêlant engagement et dérision. Une chose est sûre, ces trois-là ont un bel avenir d’auteurs !
 


Dossier de presse de la saison 2019-20 à télécharger ici
Photo haute définition à télécharger ici