danse

La Peur du loup
Tarif Grenat
fri 14 dec 2012 / 20h30
durée 1h
Théâtre La passerelle

Chorégraphie et interprétation Nathalie Pernette

A voir dès 12 ans


« Il s’agira tout simplement, de fouiller les parts sombres de ma personne en espérant qu’elles résonneront en d’autres têtes, en d’autres corps. » Nathalie Pernette

Fascinée par les rapports entre l’homme et l’animalité, Nathalie Pernette a choisi, pour sa dernière création, de s’intéresser à une bête intrigante autant qu’inquiétante, objet de mythes et de fantasmes : le loup.
L’envie de questionner la part obscure de son monde intérieur autant que sa propre fascination, faite de volupté et d’ironie décalée, pour les légendes de loups garous, les faits divers énigmatiques, les promenades nocturnes en forêts et les films de vampire lui ont inspiré ce voyage au coeur de l’imaginaire collectif, dans les recoins cachés des rêves et cauchemars de chacun.
En écho aux souvenirs et sensations que procure la bête noire, « crainte du surgissement, hantise d’être encerclé, dévoré, transformé, possédé », la chorégraphe a choisi d’associer sa danse aux arts numériques. Projetée au sol et sur les murs, l’image devient partenaire de jeu autant que décor géant, telle cette toile noire à la manière du peintre Soulages qui grignote peu à peu l’espace, devenant sombre forêt aux éclaboussures de lumière, antre du loup toute gueule ouverte ou échographie de ses entrailles. Craintifs, furtifs, mettant en avant l’état de fuite ou de rage, les mouvements précis, rapides et expressifs de la danseuse confèrent au spectacle son inquiétante étrangeté, renforcée par une bande son qui mêle grognements, chants Inuits ou Mongols et rock industriel.
La Peur du loup transporte le spectateur vers des contrées lointaines, là où la frontière entre le réel et l’imaginaire n’existe pas : un spectacle au charme hypnotique qui envoûte et interroge chacun sur sa propre sauvagerie.
 

--------------------------------------

LA PRESSE EN PARLE

« Ombre et blancheur, pierre et bois mort, la scène suggère une forêt enneigée. Surgit une créature : Nathalie Pernette, masquée d’un crâne animal, avance lentement, évoquant la furtivité de la bête traquée. Ce solo explore les angoisses et les séductions liées au mythe du loup : sauvagerie, encerclement, dévoration, obscurité, transformation… Prometteur ! »
Le Pays

« La beauté du spectacle tient dans sa force esthétique, fruit d’une forme artistique imbriquant danse, vidéo, bande-son au plus près de l’expression pure. Tout a concouru à une peur du loup diffuse, mentale, abstraite, régressive, onirique, humaine, apaisée, salutaire. »
Les Echos

« Il est aussi question de métamorphose et de la sauvagerie de chacun, car ce loup, tant redouté, prend réellement vie à travers elle. Sur scène la danseuse évolue dans un univers sonore et visuel envoûtant. »
La Voix du Nord
 

--------------------------------------

EXTRAIT VIDEO


--------------------------------------

INTERVIEWS DE NATHALIE PERNETTE

Sur Radio Fréquence Mistral
http://fm.gap.free.fr/Emissions/Journal/Jrl20121214%20-%20La%20peur%20du%20loup.mp3

Sur Radio Alpine Meilleure
http://www.ram05.fr/podcastgen/?p=episode&name=2012-12-07_10879.mp3


Assistante à la chorégraphie Régina Meier
Création musicale Franck Gervais
Création Lumières Caroline Nguyen
Création costumes Nadia Genez
Création des images et animation Guillaume Bertrand
Scénographie Daniel Pernette
Réalisation accessoires Les Bains Douches
Direction technique Stéphane Magnin
Sensibilisation Mylène Deparcy

Coproduction : Compagnie Pernette/Association NA ; scène nationale d’Aubusson-théâtre Jean Lurçat ; théâtre de l’Espace-scène nationale de Besançon ; Ars Numérica-centre européen pour les arts numériques à Montbéliard ; Scènes du Jura, scène conventionnée écritures d’aujourd’hui en territoire ; Culture Commune, scène nationale du Bassin Minier du Pas-de-Calais ; Le Rayon Vert, scène conventionnée de Saint-Valery-en-Caux.
Avec la participation du DICREAM – ministère de la Culture et de la Communication, du CNC, du CNL.
Résidence de création au Lycée Professionnel Montciel de Lons-le-Saunier et au Nouveau Théâtre, centre dramatique national de Besançon et de Franche-Comté.
La compagnie est aidée par le ministère de la Culture et de la Communication – DRAC Franche-Comté, au titre de l'aide à la compagnie chorégraphique conventionnée, le Conseil régional de Franche-Comté, la Ville de Besançon, le Conseil général du Doubs.

 

Photo Claude Journu


Dossiers à télécharger

Dossier de presse

Photo en haute résolution