Variations chorégraphiques | Côté cour

Les Déclinaisons de la Navarre
Tarif Amande
du 2 au 4 apr 2019 / 19h
durée 55MIN
Théâtre La passerelle

Cie pjpp
Conception Claire Laureau et Nicolas Chaigneau
 

Un couple rejoue à l’infini une rencontre amoureuse et royale totalement décalée. Entre théâtre et danse, un exercice de style savoureux et précis.

Un couple posé sur son canapé, face à une télé imaginaire. De ce qu’ils regardent sur l’écran ne nous parvient que le son, celui d’un téléfilm à l’eau de rose de série Z. La séquence évoque la rencontre de Henri de Navarre et Marguerite de Valois, future reine Margot. Tous deux se livrent à un marivaudage sucré, sur fond de chants d’oiseaux. Ce matériau télégénique, Claire Laureau et Nicolas Chaigneau vont le digérer, le malaxer, le réinterpréter 25 fois, en autant de déclinaisons plus drôles et inventives les unes que les autres. S’imposant des contraintes physiques décalées, multipliant les points de vue, réécrivant les dialogues, échangeant leurs rôles, les voilà comme deux enfants qui tritureraient de la pâte à modeler.
Comédiens et danseurs, Laureau et Chaigneau ne manquent ni d’esprit ni de rigueur. Une grande partie de leur travail s'est portée sur la progression rythmique de leur pièce, en s’appuyant notamment sur la création d’une bande son composée de musiques savantes et actuelles, de bruits divers (animaux, enregistrements de voix, bruitages,...) et de silences finement répartis. La précision et l’inventivité de leur langage chorégraphique fait le reste, donnant de l’amplitude à leur exercice de style. Entre humour absurde et folie légère, l’univers des Monty Python n’est vraiment pas loin.

----------

TEASER DU SPECTACLE

----------

LA PRESSE EN PARLE

« Un couple regarde une télévision invisible. La scène, au dialogue ampoulé, est celle de la rencontre champêtre d'Henri de Navarre et Marguerite de Valois. Pas de quoi bâtir un spectacle... à moins de s'appeler Claire Laureau et Nicolas Chaigneau et d'oser la décliner plus de 25 fois, dans une tentative d'épuisement pleine d'astuces et de drôlerie. Pourquoi ne pas la réécrire du point de vue de la servante ou des animaux de ferme indifférents à la royale romance ? Par d'incessants décalages, les voix dérèglent le dialogue, les corps détournent la bande-son. Quel régal de tirer tant de si peu ! Il y a dans ce premier spectacle un enchantement du minuscule, à la fois libre et précis
LA CROIX

« On peut parler de pièce à tiroir, en ce sens que tous les tiroirs recelés par le dialogue sont tirés en désordre et joyeusement renversés, révélant les sous-entendus les plus profonds et les associations les plus absurdes. Dansée, chantée, mimée, accélérée, tronquée, truquée, pastichée, la séquence n’est pas seulement l’objet d’une multitude d’interprétations, mais de variations, puis de variations sur ces variations. Ces déclinaisons dessinent une arborescence ludique, dont tous les aspects sont impeccablement maîtrisés. Chaque mot compte, chaque geste aussi, tout fait sens, tout fait signe vers la profondeur sans jamais s’en alourdir
I/O GAZETTE

« Et mieux vaut vous le dire tout de suite, Claire Laureau et Nicolas Chaigneau ne respectent rien. Ni le Roi de Navarre, ni la Reine Margot, ni les scènes d’amour, ni même les séries B. Tout leur sert de prétexte à des détournements. (…) Les Déclinaisons de la Navarre est un spectacle à l’humour très fin, ou la drôlerie vous saisit encore plus en sortant que dans la salle. Les deux comparses ne boudent pas non plus la belle danse et font quelques pas chaloupés qui montrent qu’ils ne se prennent pas au sérieux mais savent de quoi ils parlent. Ils ne sont pas mauvais non plus lorsqu’il s’agit de synchroniser la voix et le geste, on se croirait dans une salle de doublage.»
LE BRUIT DU OFF

 


Lumières Benjamin Lebrun, en collaboration avec Valérie Sigward
Musique Stanley Myers, Crystal Castles, Xavier Cugat, Jessica Jalbert, Johann Sebastian Bach, Johann Strauss Sr, Mauricio Kagel, Laurent Perrier
Montage son Nicolas Chaigneau et Claire Laureau

Production : pjpp
Coproduction : Le Phare, Centre Chorégraphique National du Havre Normandie (Aide à l’écriture)
Soutien logistique et moral : La BaZooKa ; Le Relais, Centre de recherche théâtrale, Le Câtelier ; Le Théâtre des Bains-Douches du Havre
pjpp est soutenu pour cette création par la DRAC de Normandie ; la Ville du Havre ; le Département de Seine-Maritime, et l’ODIA Normandie.
 


Le dossier de presse de la saison  à télécharger ici