Danse - Théâtre

Salves
Tarif Turquoise
fri 6 jan 2012 / 20h30
durée 1h10
Théâtre La passerelle

Conception Maguy Marin en collaboration avec Denis Mariotte

Créée en 2010, Salves rassemble sept interprètes, complices des créations antérieures de Maguy Marin qui, toujours, chorégraphie avec une force militante la musique et le théâtre.
Sur le plateau plongé dans une semi-obscurité, un simulacre de banquet, préparé dans l’urgence, la tension. Éclairés à la lampe torche, les danseurs apparaissent à la vitesse de l’éclair, par intermittence, horde humaine livrée à la bataille sous les assauts des explosions sonores. Les tirs sont répétés, les salves imprévisibles. L’effroi est total à l’heure du combat, et même au-delà, imposant un silence recueilli chez le spectateur.
Parce qu’il conjugue art de l’esquive et force de conviction, ce spectacle réveille nos consciences endormies et tire la sonnette d’alarme sur un XXIe siècle transformé en champ de ruines après les catastrophes collectives du XXe
Mise en scène et en lumière avec une précision époustouflante, Salves est une oeuvre manifeste emportée par une danse de résistance, de combat, puisée dans l’énergie des danseurs. Dans leur rage aussi. Telles des saillies, des éclairs aussitôt éteints, leurs apparitions ont la force d’uppercuts en pleine face ! Tout y est millimétré, jusqu’au chaos : les diagonales, les disparitions, la partition rythmique, les regards, les vibrations lumineuses… Salves ne lâche jamais sa puissance et bouscule de ses coups foudroyants notre univers mental, notre mémoire, nos peurs contemporaines. Au risque de nous transpercer.


--------------------------------------

EXTRAITS DE PRESSE

« Une nouvelle fois, la chorégraphe Maguy Marin bouscule nos vanités. Une fulgurance qui hante longtemps.
A la fin de
Salves, face aux sept danseurs qui nous ont tout donné, le premier mouvement est de se taire. Se taire longuement ou dire merci en murmurant. Et puis s’éclipser timidement. Ce qu’on vient de voir, ce dont on a été le témoin est plus que de la danse. Plus que de l’art. Sauf à se rappeler que chez Maguy Marin, la constante, l’art, n’est jamais retranché à l’intérieur d’une bastille quelconque. Qu’il ne sépare pas le dedans et le dehors, l’enveloppe et le contenu, la vertu et le talent. Alors, se dit-on, voilà ce que sont capables de faire ensemble des gens qui voient ainsi les choses. Qu’ils soient des artistes n’y change rien. Qu’est-ce qui nous empêche nous, d’être et de faire ensemble, d’essayer d’y voir clair ? De donner, de recevoir ? Qu’est-ce qui m’empêche de regarder autrement… ? Parce qu’il y va de notre présent qui tourne mal, parce qu’il y va de nous tous, nous ne pouvons pas attendre du travail de Maguy Marin qu’il fasse de nous des esthètes, des amateurs de danse par exemple. Mais seulement des consciences. Est-ce encore de la danse ? Est-ce encore du spectacle ? Plus vraiment ! »
Télérama

« Maguy Marin mêle cinéma et poésie dans une pièce sublime sur les rapports amour-haine.
Que s’est-il passé ? Une heure et cinq minutes en compagnie de Maguy Marin. Où sommes-nous ? On se rassure, on repose les pieds sur le sol après avoir assisté à l’un des spectacles les plus perturbants de ces dernières années (…) En complicité avec Denis Mariotte, Maguy Marin signe un poème déchiré et s’improvise prestidigitateur. Les corps disparaissent dans la béance d’une table, s’élancent dans le vide, ahuris, abrutis, mécaniques. Et puis brusquement par clairvoyance, ils diffractent le beau, réalisent nos espoirs.
»
Libération.fr


--------------------------------------

REPORTAGE DE FR3

http://culturebox.france3.fr

INTERVIEW DE CHRISTINE RODES DANS LE CESAR

http://cesar.fr/rencontre-maguy-marin


Conception Maguy Marin en collaboration avec Denis Mariotte
Interprètes : Ulises Alvarez, Romain Bertet, Teresa Cunha, Mayalen Otondo, Kaïs Chouibi, Jeanne Vallauri, Vania Vaneau
Direction technique et lumières Alexandre Béneteaud
Conception et réalisation du dispositif scénique Michel Rousseau
Éléments d'accessoires Louise Gros avec Pierre Treille
Réalisation des costumes Nelly Geyres
Son Antoine Garry

Coproduction : Biennale de la danse de Lyon 2010 ; Théâtre de la Ville, Paris ; CCN de Rillieux la-Pape/cie Maguy Marin

Photo Didier Grappe


A télécharger

Dossier de presse

Photo haute résolution
crédit photo Jean-Pierre Maurin