Récit enivrant | Usine Badin

Savoir enfin qui nous buvons
Tarif Amande
du 21 au 23 jan 2016 / 19h

Usine Badin

De & par Sébastien Barrier



Assister à un spectacle de Sébastien Barrier est une expérience énorme, profondément humaine et difficilement racontable. Ceux qui ont pu voir sa « Prise de parole » l’an dernier, lors du festival Tous dehors (enfin) !, savent exactement ce qu’il en est, et son nouvel opus, Savoir enfin qui nous buvons, ne nous fait pas mentir. On ne se refait pas lorsqu’on est le roi des bonimenteurs !
Le sujet de cette nouvelle aventure, c’est le vin, et celles et ceux qui le font. Sébastien Barrier nous embarque donc dans un voyage inédit en Pays de la Loire, de Nantes à Cheverny, à la rencontre de vignerons amoureux de la terre et de leur production de vins « naturels » (sans recours à la chimie) puisqu’au rythme du spectacle, nous allons découvrir sept nectars issus de leurs chais et « savoir enfin qui nous buvons ».
Ode à la dive bouteille, à l’hédonisme, à l’amitié et aux amours intenses, aux être humains pour le meilleur et pour le pire, ce spectacle – au cours duquel nous goûterons et dégusterons vins et mets - navigue entre carnet de voyage et conférence œnolo-ludique. Au gré de ses improvisations, Sébastien Barrier, maître dans l’art des coqs à l’âne et des digressions infinies, nous raconte son monde et se raconte en même temps avec ses fulgurances, ses douleurs, ses enthousiasmes et ses névroses.
Et quand, tout au bout de la soirée, ivres des mots, nous glissons vers la sortie, nous avons alors la certitude d’avoir vécu un moment unique et découvert des êtres exceptionnels.
Un spectacle « possiblement sans fin », convivial et joyeusement étourdissant.


 

--------------------------------------
LA PRESSE EN PARLE

« Sébastien Barrier a le goût des épopées burlesques à la première personne, où vrai et faux se côtoient. Un mélange si délicieux qu’on a envie d’y croire, à la genèse comique et dépressive de ce spectacle. Comme à toutes les paroles du conteur, que l’on goûte en même temps que les vins proposés pendant les quatre heures de cette géniale parlotte. »
Politis

« Tous collés aux lèvres de ce bavard impénitent, de cet anthropologue du quotidien. Sa parole coule comme une cataracte, accrochée aux méandres tortueux des digressions qui cartographient son récit comme autant d’affluents, de confluents, de deltas, de vallées et de plaines qu’on parcourt avec lui, impatients de découvrir ce qui se cache au prochain tournant du paysage ligérien où vivent et travaillent les vignerons qui sont le socle de l’histoire qu’il nous conte. Avec dégustation à la clé, comme autant de stations désaltérantes, de ces vins de Loire autour desquels s’ordonne (façon de parler) et s’élucide le titre énigmatique de son spectacle. (…)
Et le plus fort, c’est qu’en sortant on n’a qu’une envie : revenir et l’écouter encore jusqu’au bout de la nuit.
»
Les Inrockuptibles

« Saltimbanque des temps modernes, il va de ville en bourg, de foire en chapiteau pour y faire des tours d’adresse en public. Son instrument ? Les mots, la langue, le verbe qu’il aime à la folie, au point d’en enivrer son public des heures durant. »
Le Monde

 

--------------------------------------
EXTRAIT VIDEO


Photographies Yohanne Lamoulère / Picturetank
Typographie Benoît Bonnemaison-Fitte Bonnefrite
Regards Benoît Bonnemaison-Fitte Bonnefrite, Catherine Blondeau, Laurent Petit

Accompagnement et production : l’Usine, scène conventionnée pour les arts dans l'espace public, Tournefeuille - Toulouse Métropole
Coproductions et résidences : Le Channel, scène nationale de Calais ; Le Grand T, Théâtre de Loire-Atlantique ; Le Carré - Les Colonnes, scène conventionnée, Saint-Médard-en-Jalles/Blanquefort ; Pronomade(s) en Haute-Garonne, CNAR, Encausse-les Thermes ; Excentrique, festival porté par Culture O Centre ; La Paperie, CNAR, Angers ; AGORA, PNAC, Boulazac, Aquitaine
 


Dossier de presse du spectacle à télécharger ici

Dossier de presse complet de la saison 2015-16
à télécharger ici

Photo haute défintion à télécharger ici
Crédit photo Angélique Lyleire