théâtre

Tout mon amour
Tarif Grenat
wed 19 feb 2014 / 20h30
durée 1h20
Théâtre La passerelle

De Laurent Mauvignier
Mise en scène Rodolphe Dana
Collectif Les Possédés

Après Oncle Vania la saison dernière à La passerelle, le collectif Les Possédés revient avec un texte contemporain, drame familial à la puissance universelle, écrit par Laurent Mauvignier en étroite complicité avec les comédiens.
Dans la maison de famille, un homme, sa femme et leur fils se retrouvent pour enterrer le grand-père, quand surgit une jeune fille qui prétend être leur fille Elisa, disparue 10 ans plus tôt. Mensonge ou vérité ? Apparition ou réalité ? Que faire de cette révélation qui fait vaciller les équilibres et libère les non-dits que le deuil de cette enfant avait instaurés ? Le trio s’affronte dans une explosion d’émotions bouleversantes. Car loin d’apaiser les larmes, le retour de l’enfant aimé réveille les fantômes et les nœuds familiaux non résolus.
Tout mon amour évoque, entre mémoire, oubli et déni, la façon dont les morts hantent les vivants et expose la violence obscure de ces tragédies du réel que sont les disparitions d’enfants. Ce huis-clos poignant jusqu’à la cruauté est finalement hanté par la question de la croyance – est-il possible de croire à l’impossible ? jusqu’où est-on prêt à croire par amour ? – bien plus que par celle de la vérité.
Intenses et vibrants, les comédiens, dirigés par Rodolphe Dana, ne jouent pas, ils sont leurs personnages et vont au fond de leurs émotions, tout simplement. C’est ce qui leur donne leur indéniable justesse et qui nous touche, profondément. Droit au cœur.
 

--------------------------------------

LA PRESSE EN PARLE

« La force du texte a pour moi amené la représentation à un très haut niveau, parachevée par le monologue de la mère, interprétée par Marie-Hélène Roig, qui, certes, bénéficie d'un texte de Mauvignier absolument magnifique, tragique, saisissant, terrible, mais qui le porte avec une énergie et un désespoir très beaux. »
France Culture

« Tout mon amour est la première pièce de théâtre publiée par le jeune talent des éditions de Minuit, Laurent Mauvignier. Le résultat est un spectacle immédiat, d’une finesse psychologique et d’une vivacité infinie, qui fait passer le spectateur du rire à la gravité à chaque minute sans jamais épuiser ses réserves d’empathie. Très belle performance et grand moment de théâtre. »
Toute la culture

« Un metteur en scène libre, un écrivain courageux et des acteurs généreux ont façonné une pièce hardie qui interroge l’humain dans ses archaïsmes. »
Télérama Sortir
 

--------------------------------------

ACTION CULTURELLE

Stage de théâtre
: " De Tchékhov à Mauvignier ou l'éternelle complexité des rapports humains "
Avec Julien Chavrial, comédien, Collectif Les possédés
Samedi 15 et dimanche 16 mars 2014
Pour en savoir plus cliquez ici


De Laurent Mauvignier
Mise en scène Rodolphe Dana
Collectif Les Possédés

Avec Simon Bakhouche, David Clavel, Julien Chavrial, Émilie Lafarge, Marie-Hélène Roig
Costumes Sara Bartesaghi Gallo
Lumières Valérie Sigward 
Assistanat à la mise en scène Raluca Vallois
Régie générale Wilfried Gourdin

Production Collectif Les Possédés
Coproduction Théâtre Jean Lurçat, scène nationale d’Aubusson ; La Ferme du Buisson, scène nationale de Marne-la-Vallée ; Théâtre de Nîmes ; Festival d’Automne à Paris ; La Colline, théâtre national ; Nouveau Théâtre d’Angers, centre dramatique national Pays de la Loire

Avec le soutien Théâtre Garonne, Toulouse ; Parvis, scène nationale Tarbes-Pyrénées ; Fonds SACD Théâtre ; DRAC Ile-de-France - ministère de la Culture et de la Communication
Avec l’aide à la création de textes dramatiques du CNT et l’aide à la création du Conseil général de Seine-et-Marne

Le texte est paru aux Editions de Minuit.

Le Collectif Les Possédés est associé à la Ferme du Buisson, scène nationale de Marne-la-Vallée, au théâtre Jean Lurçat, scène nationale d’Aubusson et au Théâtre de Nîmes.

Crédits photos Jean-Louis Fernandez
 


Dossier de presse à télécharger ici

Photo haute définition à télécharger ici
crédit photo Jean-Louis Fernandez